DOSSIER N°08 / L’eau et le mouvement –

l'eau et le mouvement

DOSSIER écrit par Rodolphe Forget – publié le 05 Janvier 2015 –

Tout est en mouvement; les océans, les rivières, les lacs, les nuages, les êtres vivants, les rochers, la Terre, l’Univers… Mais aussi la société, la science, l’art, l’économie, la mode, les langages, etc. Rien n’échappe au pouvoir du mouvement que ce soit sur le plan physique ou métaphysique. Tout mouvement – excepté ce qui relève de la cinétique -n’est pas étudié par la Science. Pourtant le mouvement nous donne à voir le lien de parenté entre l’eau liquide et l’être humain qui n’est pas évident à saisir par une vision statique. Nous savons que l’eau est toujours en mouvement, nous connaissons le cycle de l’eau,  nous devinons le mouvement permanent à l’échelle moléculaire comme nous le vérifions pour les planètes mais sait-on expliquer le mouvement permanent? Cette entreprise est périlleuse car nous devons aborder pour cela les notions de temps (dont la science n’étudie pas) et de l’éternité. Dans ce dossier N°8, nous allons y répondre simplement en observant le quotidien d’une eau morphogénique humaine pour comprendre en toute logique ce qu’est un mouvement et pourquoi tout est en mouvement. Les réponses à ces interrogations donneront à décrypter l’évolution de la société et comment le bonheur n’est pas un rêve mais déjà une réalité.

Par Rodolphe Forget (extrait):
« Nous pouvons en déduire que le mouvement est générateur de vie. Nous le vérifions pleinement tous les jours. Une eau liquide vivante par exemple, c’est d’abord une eau en mouvement comme celle de l’eau de torrent. Un enfant dit « plein de vitalité » est généralement un enfant “remuant”. A contrario, ce qui n’est pas animé d’un mouvement est souvent le signe d’une mauvaise santé ou d’une mort chez les êtres vivants. De plus, se mettre en mouvement, implique forcément une rencontre. Une interaction avec quelque chose ou quelqu’un. Un regard, un échange, un sourire. Le mouvement provoque la « rencontre » de l’intérieur vers l’extérieur exactement comme nous pourrions l’observer avec les méandres d’un fleuve. Le mouvement relie et permet l’échange. De fait, le mouvement amène à croiser des destins, des histoires, des passions. Il nous isole ou nous éloigne de nos proches, des connaissances voire des habitudes et donc du connu. Ce qui indiquerait que le mouvement est lié au présent (à l’inconnu). »

 

don
don

Par Rodolphe Forget (extrait):
« Si nous continuons l’observation du corps des deux sexes, celui de l’homme est de loin le plus aérien. Ainsi, à la place du titre « L’eau et le mouvement », ce dossier aurait pu être intitulé « La femme et l’homme ». Pourquoi ce titre? Parce que l’eau est lié à la femme (nous le verrons dans le dossier N°11) et l’homme à l’air, donc au mouvement. Comme l’air est dépourvu de masse, il n’est alors que mouvement, ce qui explique que l’air est un fluide plus rapide que l’eau. Nous pouvons comprendre désormais pourquoi la rapidité est associée au masculin et la lenteur au féminin. L’homme est généralement plus grand et par conséquent plus haut dans l’air. Nous pouvons observer fréquemment une masse musculaire plus développée chez les hommes. Le muscle est logiquement l’organe du mouvement puisqu’il permet la motricité du corps. Une représentation de danse classique permet de saisir ce qui est dit ici, l’homme fait des portés afin d’amener le corps de la femme dans les airs, et non l’inverse. »

NOWHERE (2009) / central scene / for Pina from Dimitris Papaioannou on Vimeo.

——ACHETER EN LIGNE LE DOSSIER N°08 à l’unité —–

Publicités