DOSSIER N°09 / L’eau et le cinéma –

DOSSIER N°9 - L'eau et le cinéma - couverture - - copie

DOSSIER écrit par Rodolphe Forget – publié le 11 Mars 2015 –

Qu’est-ce qui explique l’absence de l’eau liquide au cinéma en tant que sujet principal d’un film en salle? Voilà une question bien particulière que je n’ai cessé de me poser depuis 2010 après avoir réalisé « The Experience: Being Water ». À première vue, je vous accorde que cette question semble manquer de pertinence pour étudier l’eau à condition de bien vouloir ne pas cantonner celle-ci à la science et ses analyses mortifères, et à appréhender l’eau dans une perspective plus vaste telle qu’elle est dans la réalité. Que savons-nous de l’eau? Que savons-nous du cinéma? Peu de choses en vérité. Pourtant nous utilisons l’eau liquide quotidiennement (dossier N°4) et nous voyons des films, des vidéos, des émissions tous les jours. De fait, la question de départ devient alors plus pertinente à mesure que l’on accepte de prendre conscience de notre ignorance abyssale sur des sujets qui nous semblaient pourtant connus. Dans ce dossier N°9, je vous propose, à défaut d’un livre, une brève synthèse de cinq années de réflexion sur la place du cinéma et de l’eau liquide dans la sphère intime de notre psyché. Cela nous donnera à voir que derrière l’absence de l’eau liquide au cinéma se cache en réalité notre problématique existentielle dans notre quotidien à considérer avec importance le sacré et donc le divin inhérent à la vie.

Rivières perdues – BANDE ANNONCE OFFICIELLE from Catbird Productions on Vimeo.

Par Rodolphe Forget (extrait):
« une condition que l’on va retrouver dans des films dont « le sujet principal » est difficilement accessible comme « Il était une forêt » dont la thématique porte sur les arbres. Pour ce faire, le réalisateur (et donc le public) fait appel à un spécialiste passionné du sujet pour le guider, afin de « traduire » le langage de l’arbre ou de l’eau liquide incompréhensible pour le spectateur landa ankylosé dans sa paresse à voir la magie de la vie sans les effets spéciaux du cinéma. Tout ceci met en évidence notre manque d’envie récurent à observer notre environnement dans notre quotidien, corroborant ainsi notre développement sur le mouvement rapide que notre société ne cesse d’accélérer entrevu dans le dossier N°8 et auquel le cinéma contribue comme nous le verrons plus loin. Ainsi, nous ne prenons plus le temps de réaliser ce qui nous est vitale ce qui revient à désacraliser la vie. Toutefois, certains films osent se présenter sans « référent humain» et dans lesquels l’eau liquide est traitée comme un être vivant à part entière, je pense notamment au film « Les rivières perdues » de Caroline Bâcle. Dans ce film, l’émotion est palpable quand la rivière est libérée des entrailles de la ville. Mais un seul film parmi tant d’autres, cela est peu et montre clairement notre difficulté à filmer l’eau liquide. »

mondes parallèles
mondes parallèles

 

Par Rodolphe Forget (extrait):
« Essayons maintenant de comprendre pourquoi nous sommes disposés à acheter une peinture ou une photo d’une eau liquide à plus de 100€ (voire bien plus) et très hésitant à s’acheter une place de cinéma ou un DVD d’un film de la même eau liquide. Tout d’abord, posons-nous rapidement la question : qu’est-ce que l’argent? Concrètement, c’est du temps (dossier N°8). Psychologiquement, il représente le bras « visible » de notre mental lui permettant d’agir et d’obtenir des choses de son environnement. Une pulsion d’achat est conditionnée par l’envie, motivée par la projection sur l’objet désiré que nous cherchons alors à posséder. La photo ou la peinture est un objet où le temps (qui est un mouvement) a été figé à un instant i. Celui-ci permet à notre mental de se projeter et donc de saisir une mémorisation mentale qui lui donne l’information de possession. La photo ou la peinture nous appartiendra contrairement au film qui est un flux tout comme l’eau liquide. Un mouvement ne peut pas être possédé (dossier N°8) ce qui le rend divin. Ainsi, tout comme l’eau de laboratoire utilisée dans la définition du mot « eau », une photo ou une peinture de l’eau liquide donne l’illusion que l’élément est maitrisé. Notre mental se sent donc en sécurité. Et la sécurité motive l’achat. »

——ACHETER EN LIGNE LE DOSSIER N°09 à l’unité —–