DOSSIER N°10 / L’eau et les fantasmes

11148451_884832551555535_25605534168454928_n

DOSSIER écrit par  Marc Henry et Rodolphe Forget – publié le 14 avril 2015 –

Il y a différentes façons de comprendre le mot « fantasme », cependant nous pouvons nous accorder sur son origine étymologique qui dérive du mot grec φαντασμα (phantasma) désignant au départ « illusion » ou « apparition ». De nos jours, le mot fantasme possède une connotation nettement sexuelle, suite aux travaux du psychanalyste allemand Sigmund Freud qui utilisa le mot allemand Phantasie qui désigne une production imaginaire qui représente un sujet dans un scénario déterminé, à la manière d’un rêve, et figure, d’une manière plus ou moins voilée, un désir. Comme le mental a une difficulté à se représenter le fonctionnement complexe du vivant à laquelle l’eau participe pleinement, il produit du fantasme avec cette dernière. Dans la première partie du dossier, Marc Henry démystifie quelques exemples très célèbres de fantasmes sur l’eau, prétendument  scientifiques. Puis dans la deuxième partie du dossier N°10, Rodolphe Forget s’applique à comprendre pourquoi ces fantasmes ont-ils un écho si favorable dans le public, en démontrant le paradoxe de la science qui produit elle-même les fantasmes qu’elle dénonce depuis la désacralisation par Lavoisier au 18e siècle, de l’Élément Eau en banale substance du quotidien.

Par Marc Henry (extrait):
« Un deuxième fantasme solidement ancré dans l’imaginaire de la pensée humaine est de croire que l’eau peut être purifiée. En fait, tous ceux qui ont essayé un jour de produire une eau ultra-pure se sont heurtés au problème du container. L’eau lorsqu’elle devient suffisamment pure est en effet un liquide hautement corrosif et tout récipient verra sa surface attaquée par le liquide vorace. Pour éviter la pollution, on pourra utiliser la lévitation acoustique comme on le voit ici, mais encore faudra-t-il prendre bien soin de faire cela dans le vide car l’air contient des gaz qui peuvent se dissoudre dans l’eau pour former des nanobulles. Bien évidemment, cela est totalement impossible à réaliser car l’eau est par faiblement incapable de rester liquide dans un vide poussé. Quoique nous fassions, l’eau liquide sera donc toujours un petit peu « sale ». Il convient donc de bien vérifier avant d’acheter un système sophistiqué de « purification » de l’eau le niveau d’impuretés qu’il est souhaitable d’atteindre car au-delà d’une certain seuil, le prix croîtra de manière exponentielle. L’acharnement de certaines personnes à vouloir purifier l’eau à tout prix pour la boire doit donc inciter à la pitié et tient plus de la névrose obsessionnelle que d’un souci de bien être.

 

l'embriquement de la pensée
l’embriquement de la pensée

Par Rodolphe Forget (extrait):
« Dans le cas de l’eau, « l’âme errante » (fantôme) est la projection mentale (fantasme) que nous avons de notre origine liée à l’eau, et donc de nous-même composé à 99% de celle-ci (« âme incarnée »). Une forme de dualité qui doit être résolue et transformée en non-dualité (harmonie) puisque nous sommes l’image de notre projection. Mais l’origine, tout comme la mort est un mystère. Elle fait donc peur. Cette dernière est crée par le mental qui est nourri par le connu (le passé et la connaissance intellectuelle). Le mental a donc logiquement une aversion pour le mystère qui lui est inconnu (présent) car non connu (passé). L’une des vertueuses fonctions de la peur est de stimuler le courage (un dérivé du mot «coeur ») qui, une fois activé, peut amener à traverser la peur telle une « porte » qui, après ouverture de celle-ci, permet d’accueillir la réalité et donc ressentir la liberté c’est-à-dire l’amour ou l’unité (dossier N°12). L’eau (phonétiquement « O » et « haut ») serait la serrure et l’égo, la clé. Le fantôme de l’eau, ainsi, n’est plus; le fantasme à son sujet cesse. À l’instar d’un fantasme sexuel qui disparaît après l’exécution de celui-ci. »

— ACHETER en ligne le dossier N°10 à l’unité  —

Publicités

DOSSIER N°07 / L’eau et le son –

 

Thierry Marcoux (1)

DOSSIER écrit par  Marc Henry et Rodolphe Forget – publié le 26 Octobre 2014 –

L’eau et le son sont complémentaires. L’eau est lourde et le son est léger. L’eau conflue alors que le son divise. L’eau est terrienne alors que le son est aérien. Cependant, ils ont en commun d’onduler car ils sont un mouvement permanent à l’instar de la lumière. Il n’est donc pas étonnant que l’eau et le son se retrouvent à la base de tous les processus biologiques de la vie. Leur association contribue d’ailleurs à donner la forme à tous les êtres vivants. Il est alors logique que la musique puisse améliorer les rendements en agriculture et en santé humaine comme de nombreuses expériences l’ont démontré. Cette influence de la musique, nous le vérifions tous les jours puisque certaines nous agacent et d’autres nous font pleurer jusqu’à nous faire vibrer justement. Dans ce dossier N°7, nous étudions le mécanisme de la perception du son, l’origine du son, les différentes expériences très surprenantes entre l’eau et le son, et enfin nous réfléchissons sur l’influence du son dans notre corps et notre comportement au quotidien.

Par Marc Henry (extrait):
« Parmi les multiples revendications d’un effet de la musique sur l’eau liquide ou morphogénique, nous retiendrons les protéodies du physicien Joël Sternheimer. Pour comprendre la nature de ces recherches, il est bon de tout d’abord faire le point sur les différents types d’ondes que l’on peut rencontrer dans la nature. En effet, ce chercheur est un des rares à baser son approche sur une généralisation de la théorie quantique en invoquant l’existence d’ondes d’échelles se propageant dans le sujet qui observe la nature. En transposant par une suite d’octaves ces ondes d’échelles quantique depuis les très hautes fréquences (supérieures à 1024 Hz) jusqu’à la gamme sonore (2 Hz à 20 kHz) on peut connaissant les masses de chaque acide aminé constituant une protéine reconstituer un morceau musical de quelques notes pouvant activer ou inhiber cette dernière par simple écoute. Les expériences avec l’être humain étant particulièrement dangereuses en ce domaine, les démonstrations de la validité de l’approche ont été sur des plantes comme le montre la vidéo suivante. »
rythmique végétale
rythmique végétale

 

Par Rodolphe Forget (extrait):

 » Finalement, l’une des fonctions que l’on demande à une musique ou une voix est de nous permettre de voyager, de se téléporter via notre corps afin d’aller vers des contrées imaginaires ou réelles. Dans ce cas, le son détache notre conscience de notre corps, nous donnant une impression de liberté qui permettra de nous « affranchir » du poids de notre eau. Une musique a bien la capacité de nous faire frissonner, vibrer, de nous émouvoir jusqu’à nous faire pleurer. L’émotion est souvent en relation avec une chose vécue dans le passé. Quand un tel émoi se manifeste nous ne sommes plus dans notre présent, autrement dit nous ne sommes plus connecté à notre corps mais à un souvenir. Cette séparation corporelle génère des rêves dans notre cerveau qui est la partie du corps la plus aérienne, donc au plus près du cosmos, mais qui est paradoxalement la plus aquatique. Ce dernier constat fait sens puisque notre encéphale est de loin l’organe le plus complexe en raison de ses innombrables connexions neuronales. Il est également le siège de la pensée, de l’intellect et le générateur de la parole avec l’aide du larynx. »  

CYMATICS: Science Vs. Music – Nigel Stanford from Nigel Stanford on Vimeo.

——ACHETER EN LIGNE LE DOSSIER N°07 à l’unité   —–

DOSSIER N°06 / L’eau et la lumière

Capture d’écran 2015-06-22 à 14.05.57

DOSSIER écrit par  Marc Henry – publié le 1er Septembre 2014 –

L’eau et la lumière entretiennent une relation très intime qui s’exprime à nos yeux par le jeu des processus de diffusion, d’absorption, de réflexion et de réfraction par l’apparition du noir, du blanc et des différentes couleurs de l’arc-en-ciel. La lumière étant aussi une onde électromagnétique elle induit tout une classe de phénomènes de nature quantique selon que sa longueur d’onde est plus grande ou petite que 0,5 µm, valeur correspondant au maximum d’émission solaire et pour laquelle l’eau sous toutes ses formes gazeuse, liquide, solide ou morphogénique présente une transparence maximale. Dès que l’on s’éloigne de cette valeur optimale l’eau absorbe fortement la lumière soit en se brisant lorsqu’on va vers l’ultraviolet et les rayons X ou gamma, soit en vibrant, en tournoyant ou en faisant osciller son moment dipolaire lorsque l’on va vers l’infrarouge, les microöndes et les ondes radio. Ce dossier n°6 vous invite donc à une ballade colorée et chatoyante du monde de l’eau.

Par Marc Henry (extrait):
« Avec l’absorption par la matière et la propagation en ligne droite en l’absence de matière, nous tenons là deux ingrédients essentiels de la compréhension du jeu subtil entre lumière et matière. Mais arrive alors immédiatement la question: que fait la matière une fois qu’elle a absorbée la lumière? L’on sent bien ici que la matière n’est en aucune manière capable de garder cette lumière, car la lumière c’est du mouvement à l’état pur. Par conséquent, tôt ou tard, une fois absorbée, la lumière ne pourra que ressortir, que rejaillir. C’est ce processus d’absorption à un moment donné suivi d’une ré-émission au hasard dans n’importe quelle direction de l’espace de l’énergie incidente l’instant d’après que les scientifiques appellent «diffusion incohérente», ou plus simplement «diffusion». La diffusion incohérente est toujours associée à la notion d’opacité ou de turbidité.« 
appel
appel

 

Par Marc Henry (extrait):

« Tous les phénomènes précédent concernent ce que l’on appelle l’optique «géométrique», domaine où la lumière suit un chemin en ligne droite définissant ce que l’on appelle un «rayon lumineux». Le fait que la lumière se propage en ligne droite et non selon une courbe provient d’un principe découvert par Pierre de Fermat (1601-1665) stipulant que pour aller d’un point A à un point B, tout rayon lumineux emprunte le chemin qui rend le temps de parcours le plus petit possible. C’est ce principe qui explique à la fois la propagation en ligne droite et le changement de direction lorsque l’indice de réfraction du milieu assurant la propagation change. Cette optique géométrique ne nous apprend par contre absolument rien sur la nature même de la lumière, sur sa constitution et se borne à décrire un monde où n’existe que deux couleurs: le noir et le blanc. Si l’on souhaite comprendre l’origine des couleurs, et en particulier la raison pour laquelle l’eau vue de dessus apparaît d’une belle couleur bleutée, ainsi que l’origine du vert des forêts ou du jaune des champs de blé, il nous faut aller un petit peu plus loin… »  

——ACHETER EN LIGNE LE DOSSIER N°06 à l’unité  ——

DOSSIER N°05 / Le vide physique aqueux (le VPA) –

 

Le Vide En Soi

DOSSIER écrit par  Marc Henry – publié le 1er Août 2014 –

Le vide physique existe dans les matières à toute échelle d’observation depuis les distances inter-galactiques jusqu’au sein même des noyaux atomiques. Parmi, tous les vides physiques, il en existe un qui concerne bien évidemment l’eau et qui comme toute forme de vide est généralement considéré comme une chose de peu d’importance. Et si c’était la grand erreur, car vide de matière ne signifie en rien vide de lumière car c’est un fait bien connu que cette dernière, contrairement au son, est capable de se propager dans le vide. Le dossier N°5 se propose donc de vous immerger au sein du vide physique aqueux dans lequel peuvent baigner des ondes électromagnétiques qui en étant continuellement absorbées et ré-émises par les molécules d’eau créant ce vide au moyen de liaisons hydrogène donnent naissance aux domaines de cohérence, sans lesquels l’eau ne pourrait avoir de mémoire.

Par Marc Henry (extrait):

« Pour bien comprendre cette notion de VPA, imaginons des enfants dans une cour de récréation, et assimilons chaque enfant à une molécule d’eau. Dans ces conditions, la formation d’une «liaison hydrogène» correspond à l’évènement au cours duquel deux enfants initialement séparés l’un de l’autre décident de se donner la main. Si l’on autorise de tels évènements, deux grandes classes de comportement vont pouvoir être observées. La première classe correspond à l’apparition d’une farandole ou d’une chenille, c’est à dire que plusieurs enfants se donnent la main pour former une longue chaîne avec une tête et une queue bien séparées, phénomène immortalisé par le musicien Georges Bizet dans son opéra «L’arlésienne». La seconde classe correspond à l’apparition d’une ronde, c’est à dire que plusieurs enfants se donnent la main pour former une longue chaîne sans tête ni queue. Les enfants n’ayant que deux mains, il n’y a pas d’autres topologie possible: l’une ouverte, la farandole, et l’autre fermée, la ronde. Ce qui différencie les deux topologies, c’est que la farandole n’a pas de vide physique alors que la ronde en possède un. »

farandole
farandole

 

Par Marc Henry (extrait) :

« Ceux qui ont du mal avec la notion de phase pourront observer une foule de personnes sur une grande place publique, où chacun fait ce qu’il veut. La chanson d’Édith Piaf «La foule», illustre très bien cette vision classique qu’ont certains physiciens de l’eau liquide. Dans la chanson, on trouve en effet cette phrase: «Entraînés par la foule qui s’élance, et qui danse, une folle farandole, nos deux mains restent soudées». Tout y est, la foule qui représente les molécules d’eau, la farandole qui représentent la topologie ouverte du mouvement aléatoire des molécules et les deux mains soudées qui symbolisent la formation d’une liaison hydrogène à un instant donné. Durant cette étreinte, une information cohérente peut être échangée: «Et la joie éclaboussée par son sourire, me transperce et rejaillit au fond de moi.» Puis soudain, le drame: «Mais soudain je pousse un cri parmi les rires, quand la foule vient l´arracher d´entre mes bras…». »

——ACHETER EN LIGNE LE DOSSIER N°05 à l’unité  —–

 

DOSSIER N°03 / L’eau extraterrestre –

 

tundra-horizon-1280x800

DOSSIER écrit par  Marc Henry et Rodolphe Forget  – publié le 20 Juin 2014 –

L’eau n’est pas présente uniquement sur Terre puisque, tous les jours, 4 millions de tonnes d’eau d’origine extraterrestre nous parvient au niveau de l’Antarctique sous forme de micrométéorites. Quelle est cette eau? Est-elle différente de l’eau présente sur Terre? Existe t’elle à l’état liquide? Quelle est son origine? Répondre à ces questions, c’est réfléchir inévitablement sur le sujet de la naissance de la Terre. Si nous buvons aujourd’hui l’eau que les dinosaures buvaient alors nous buvons cette eau extraterrestre qui nous connecte de fait au cosmos entier. Dans ce dossier N°03, nous vous proposons d’étudier longuement cette eau extraterrestre présente dans les confins du milieu interstellaire selon la connaissance scientifique. Jusqu’à  même se poser la question si le terme « eau extraterrestre » ne recouvrerait-il pas une autre signification subtile que nous pourrions attribuer aux êtres vivants sur Terre? L’eau dit « extraterrestre » n’est peut-être pas aussi éloignée que nous l’imaginons…

Par Marc Henry (extrait):

« De fait, la science nous apprend qu’une fois née, l’eau va jouer son rôle de sage- femme céleste facilitant l’accouchement des étoiles et de leurs planètes. En effet, aussi loin que l’on remonte dans le temps, l’eau est toujours là pour évacuer l’énorme chaleur générée par la naissance de tout objet céleste, y compris celle des monstrueux quasars comme l’illustre cette vidéo qui explique comment on a pu réussir à détecter une masse d’eau correspondant à 36 000 milliards de fois la masse de tous les océans terrestres tournoyant autour d’un trou noir âgé de 11,8 milliards d’années… Pour détecter l’eau qui se trouve à l’état de gaz dans l’univers on se base sur le fait que l’eau existe sous formes très différentes appelées respectivement eau «ortho» et «eau para».  »

véga
véga

 

Par Rodolphe Forget (extrait) :

« En regardant le ciel étoilé de la nuit nous voyons bien qu’il n’y a pas de « mur étanche » entre la Terre et le cosmos comme le mot « extraterrestre » pourrait nous le suggérer, par ailleurs nous avons vu dans le dossier N °02 à propos de l’eau morphogénique, que l’éthérique jouait un rôle déterminant dans l’existence de l’être et de la forme. Et les exemples ne manquent pas pour constater les proximités physiques de certaines formes observées sur Terre (ex: la forme spirale) avec des formes visibles dans le milieu interstellaire (ex: l’oeil). Tout ceci induit hypothétiquement à une influence manifeste du Cosmos. Par conséquent, le terme « eau extraterrestre » dévoilerait une autre signification plus subtile en étant une « eau physiquement sur Terre et intrinsèquement tournée vers le cosmos ». »

——ACHETER EN LIGNE LE DOSSIER N°03 à l’unité  —–

 

DOSSIER N°02 / Le 4e état de l’eau : l’eau morphogénique –

dossier N°2

DOSSIER écrit par Rodolphe Forget et Marc Henry – publié le 07 Juin 2014 –

L’eau a la faculté d’être liquide, solide ou gazeuse. Ces trois états de l’eau sont très connus du grand public. Mais qu’en est-il du 4e état de l’eau? Rares sont ceux qui connaissent cet état, et pourtant cette eau dans ce 4e état compose notre corps, celui des animaux et même les végétaux. Si nous en parlons peu c’est que cette eau si particulière n’a jamais été réellement nommé par la science ou alors par des termes que l’on pouvait appliquer aux autres états de l’eau. Pour y remédier, nous avons donc cherché et avons trouvé « morphogénique » combinant deux mots grecs, «morphos» ( je forme ) et «genos» (je donne naissance). Dans ce dossier N°02, nous expliquons les caractéristiques de l’eau morphogénique et ce qui la distingue des eaux des autres états. Après lecture de ce dossier, la formule bien connue « L’eau, c’est la vie! » vous paraitra bien plus joyeuse. 

Par Rodolphe Forget (extrait) :

 » Trouver un énième nom à l’eau qui en possède déjà tant (lac, océan, glaçon, nuage, ciel, coeur, poumon, intestin,lait, tige, feuille,etc) n’est pas une fantaisie délibérée de notre part mais répond à un réel besoin tout d’abord pratique quand il s’agit de communiquer le savoir scientifique de l’eau-l’entité en direction d’un public. Pourquoi? Comme je l’avais déjà fait remarquer dans cet article, inconsciemment l’eau nous évoque de suite l’eau à l’état liquide. Mais l’eau n’est pas seulement liquide. Le souvenir des neuf mois passés dans le liquide amniotique de nos mères, et l’action des messages répétitifs des publicitaires officiant pour des marques d’eau en bouteille y sont certainement pour quelque chose. On a donc beau faire, le mot « eau », sans adjectif démonstratif après, est appelé à rester assimilé à l’eau liquide. Rien de mieux que de nourrir la confusion sur le sujet de l’eau qui est déjà bien complexe comme cela. Pour y remédier, nous devons faire preuve de rigueur sémantique à l’instar des équations mathématiques ou des formules chimiques pour ne pas dire n’importe quoi et éviter de se contredire comme je l’ai maintes fois observé. Si nous acceptons l’idée que nous sommes composés à 99% d’eau alors nous sommes de l’eau. Autant lui trouver un nom. »

vent fécond
vent fécond

 

par Marc Henry (extrait) : 

« Avec l’eau morphogénique toute substance hydratée est donc à la base un aquarium ayant des pattes, des racines, des flagelles, des lamelles ou des fibres selon que l’on est un animal, une plante, une bactérie, une argile ou un ADN. Ceci devient particulièrement évident dès que l’on raisonne en nombre et non plus en masse, car toute cellule contenant environ 70% en masse d’eau apparaît en fait comme étant constituée à 99% de molécules d’eau. La cellule étant la brique élémentaire de construction du vivant, cette conclusion s’applique également à tout être vivant comme le proclame très justement l’Upanishad Khândogya. C’est donc bien dans le passage de l’échelle du mètre (choses) à celle du  milliardième de mètre ou nanomètre (molécules) que réside le secret de pouvoir être fait d’eau sans perdre sa forme comme le fait l’eau liquide. Cette importance du nanomètre vient tout simplement du fait qu’une molécule d’eau possède un diamètre voisin de 0,3 nm. Lorsqu’on combine cette information avec une hydratation supérieure à 50% en masse, on trouve que l’eau morphogénique implique toujours un nombre de couches d’eau qui se comptent sur les doigts de la main. »

——ACHETER EN LIGNE LE DOSSIER N°02 à l’unité  —–

DOSSIER N°01 / L’eau n’est pas seulement H20 –

 

mickey et H2O

DOSSIER écrit par Marc Henry – publié le 15 Mars 2014 – 

Ce dossier a pour vocation à donner le point de vue complet de la science moderne sur cette formule H2O, qui devrait rester ce qu’elle est, c’est-à-dire un jargon technique entre scientifiques Il en effet choquant de voir cette formule sortir des laboratoires et être utilisée comme définition de l’eau par tout un public non formé aux subtilités de la science. Ceux qui ne sont pas intéressés par le point de vue scientifique pourront consulter ce lien montrant comment l’eau est perçue par des poètes ou des artistes, avec en prime une analyse originale faisant appel à l’outil du « nuage de mots » et où l’on montre que personne ne peut à lui seul cerner toute la complexité de cet élément que l’on appelle l’eau.

par Marc Henry (extrait) : 

« L’écrivain David Herbert Lawrence (1885-1930) a osé l’écrire en 1929: L’eau est H2O, deux parts d’hydrogène, une d’oxygène plus une troisième chose qui fait que l’eau est l’eau et que personne n’a pu encore identifier» (Pansies). Le truc, c’est que comme personne ne sait exactement en quoi consiste ce troisième élément, on ne retient que les deux premiers, eux bien identifiés vers la fin du dix-huitième siècle. La saga époustouflante ayant aboutit à cette fameuse formule H2O est résumée sur cette page web et aussi illustrée à l’aide de cette vidéo. Pour résumer la chose, avant Lavoisier les choses étaient simples: l’eau était l’eau, un élément, une unité indissociable pouvant prendre de multiples formes avec des propriétés différentes selon la forme adoptée par l’eau. Après Lavoisier, tout se complique car l’eau est maintenant faite de deux choses plus simples, hydrogène et oxygène qui, pris séparément, n’ont aucune des propriétés de l’eau mais qui, réunis intimement, ont bien les propriétés de l’eau.« 

 

naissance d'un dieu
naissance d’un dieu

par Marc Henry (extrait) : 

« Comme on l’a dit au début de ce document, il y a dans 18 g d’eau autant de molécules H2O que d’étoiles danstout l’univers. Admettons qu’un domaine de cohérence contienne 1 million de molécules H2O. Cela signifie alors que dans 18 g d’eau on trouve environ 10 millions de milliards de domaines de cohérence. Du mal à visualiser ce chiffre? Alors songez, que cela correspond à peu près au nombre de bactéries que véhicule un corps humain, où si vous préférez à 10 fois le nombre total de toutes vos cellules réunies! Ou encore, si l’on assimile l’œil humain à un appareil photo, au nombre de pixels que vous verrez durant toute votre vie humaine… Tout ça tient dans 18 g de cette substance que certains scientifiques osent encore appeler H2O et que le grand public prononce « achedeuzo » sans trop savoir pourquoi. Heureusement maintenant vous savez que ce que l’on appelle « eau » est quelque chose de trop complexe pour être représenté par une formule chimique, où alors il faudrait de dizaines de milliers de pages pour représenter la formule correspondant à un seul domaine de cohérence. Il est donc temps de faire exploser la formule H2O comme Rodolphe Forget l’a bien montré dans son célèbre clip Britanicum. Bienvenue dans le véritable monde de l’eau... »

Ce dossier vous est OFFERT. Cliquez ici : http://www.youscribe.com/catalogue/tous/savoirs/dossier-n-1-l-eau-n-est-pas-seulement-h2o-2417953