Les dossiers

– Dossier N°1: « L’eau n’est pas seulement H2O » écrit par Marc Henry. CLIQUEZ ICI

Description : Ce dossier a pour vocation à donner le point de vue complet de la science moderne sur cette formule H2O, qui devrait rester ce qu’elle est, c’est-à-dire un jargon technique entre scientifiques Il en effet choquant de voir cette formule sortir des laboratoires et être utilisée comme définition de l’eau par tout un public non formé aux subtilités de la science. Ceux qui ne sont pas intéressés par le point de vue scientifique pourront consulter ce lien montrant comment l’eau est perçue par des poètes ou des artistes, avec en prime une analyse originale faisant appel à l’outil du « nuage de mots » et où l’on montre que personne ne peut à lui seul cerner toute la complexité de cet élément que l’on appelle l’eau.


– Dossier N°2: « Le 4e état de l’eau, « l’eau morphogénique » écrit par Rodolphe Forget & Marc Henry. CLIQUEZ ICI

Description : L’eau a la faculté d’être liquide, solide ou gazeuse. Ces trois états de l’eau sont très connus du grand public. Mais qu’en est-il du 4e état de l’eau? Rares sont ceux qui connaissent cet état, et pourtant cette eau dans ce 4e état compose notre corps, celui des animaux et même les végétaux. Si nous en parlons peu c’est que cette eau si particulière n’a jamais été réellement nommé par la science ou alors par des termes que l’on pouvait appliquer aux autres états de l’eau. Pour y remédier, nous avons donc cherché et avons trouvé « morphogénique » combinant deux mots grecs, «morphos» ( je forme ) et «genos» (je donne naissance). Dans ce dossier N°02, nous expliquons les caractéristiques de l’eau morphogénique et ce qui la distingue des eaux des autres états. Après lecture de ce dossier, la formule bien connue « L’eau, c’est la vie! » vous paraitra bien plus joyeuse.


– Dossier N°3: « L’eau extraterrestre » écrit par Marc Henry & Rodolphe Forget. CLIQUEZ ICI

Description : L’eau n’est pas présente uniquement sur Terre puisque, tous les jours, 4 millions de tonnes d’eau d’origine extraterrestre nous parvient au niveau de l’Antarctique sous forme de micrométéorites. Quelle est cette eau? Est-elle différente de l’eau présente sur Terre? Existe t’elle à l’état liquide? Quelle est son origine? Répondre à ces questions, c’est réfléchir inévitablement sur le sujet de la naissance de la Terre. Si nous buvons aujourd’hui l’eau que les dinosaures buvaient alors nous buvons cette eau extraterrestre qui nous connecte de fait au cosmos entier. Dans ce dossier N°03, nous vous proposons d’étudier longuement cette eau extraterrestre présente dans les confins du milieu interstellaire selon la connaissance scientifique. Jusqu’à  même se poser la question si le terme « eau extraterrestre » ne recouvrerait-il pas une autre signification subtile que nous pourrions attribuer aux êtres vivants sur Terre? L’eau dit « extraterrestre » n’est peut-être pas aussi éloignée que nous l’imaginons…


– Dossier N°4: « L’omniprésence de l’eau » écrit par Rodolphe Forget. CLIQUEZ ICI

Description : L’eau est omniprésente; Où que nous soyons, quoi que nous fassions. Pas une seconde ne se passe sans que l’eau n’intervienne dans notre vie au quotidien. Pas une seconde. Car elle est le présent. Le présent se voit et se ressent parce que le présent est omniprésent. L’eau est donc un mystère. Qui connait le présent? Personne. La connaissance provient toujours du passé. L’eau n’est pas le passé puisque elle est éternelle. Nous connaissons sa composition et son fonctionnement. Et c’est tout. Un être humain est-il seulement un corps? Un bout de viande? Non. Car il est composé majoritairement d’eau. Ce qui fait de lui un être sensible. Un être spirituel réalisant une expérience humaine. Une éternité à travers les contraintes de la temporalité. Une réunion au même endroit (corps, tige, tronc) de l’éternité et du temporaire. Seule l’eau est capable de ce prodige car elle est une médiatrice verticale et horizontale dans le plan. Vos connaissances sur l’eau ne vous serviront donc à rien dans ce dossier N°4. Il vous faut tout déconstruire concernant l’eau. Mettre tout à plat. Être neuf comme le présent afin de voir l’extraordinaire à l’oeuvre dans la réalité qui fait que l’eau est omniprésente.


– Dossier N°5: « Le VPA (vide physique aqueux) » écrit par Marc Henry. CLIQUEZ ICI

Description : Le vide physique existe dans les matières à toute échelle d’observation depuis les distances inter-galactiques jusqu’au sein même des noyaux atomiques. Parmi, tous les vides physiques, il en existe un qui concerne bien évidemment l’eau et qui comme toute forme de vide est généralement considéré comme une chose de peu d’importance. Et si c’était la grand erreur, car vide de matière ne signifie en rien vide de lumière car c’est un fait bien connu que cette dernière, contrairement au son, est capable de se propager dans le vide. Le dossier N°5 se propose donc de vous immerger au sein du vide physique aqueux dans lequel peuvent baigner des ondes électromagnétiques qui en étant continuellement absorbées et ré-émises par les molécules d’eau créant ce vide au moyen de liaisons hydrogène donnent naissance aux domaines de cohérence, sans lesquels l’eau ne pourrait avoir de mémoire.


– Dossier N°6: « L’eau et la lumière » écrit par Marc Henry. CLIQUEZ ICI

Description : L’eau et la lumière entretiennent une relation très intime qui s’exprime à nos yeux par le jeu des processus de diffusion, d’absorption, de réflexion et de réfraction par l’apparition du noir, du blanc et des différentes couleurs de l’arc-en-ciel. La lumière étant aussi une onde électromagnétique elle induit tout une classe de phénomènes de nature quantique selon que sa longueur d’onde est plus grande ou petite que 0,5 µm, valeur correspondant au maximum d’émission solaire et pour laquelle l’eau sous toutes ses formes gazeuse, liquide, solide ou morphogénique présente une transparence maximale. Dès que l’on s’éloigne de cette valeur optimale l’eau absorbe fortement la lumière soit en se brisant lorsqu’on va vers l’ultraviolet et les rayons X ou gamma, soit en vibrant, en tournoyant ou en faisant osciller son moment dipolaire lorsque l’on va vers l’infrarouge, les microöndes et les ondes radio. Ce dossier n°6 vous invite donc à une ballade colorée et chatoyante du monde de l’eau.


– Dossier N°7: « L’eau et le son » écrit par Marc Henry & Rodolphe Forget. CLIQUEZ ICI

Description : L’eau et le son sont complémentaires. L’eau est lourde et le son est léger. L’eau conflue alors que le son divise. L’eau est terrienne alors que le son est aérien. Cependant, ils ont en commun d’onduler car ils sont un mouvement permanent à l’instar de la lumière. Il n’est donc pas étonnant que l’eau et le son se retrouvent à la base de tous les processus biologiques de la vie. Leur association contribue d’ailleurs à donner la forme à tous les êtres vivants. Il est alors logique que la musique puisse améliorer les rendements en agriculture et en santé humaine comme de nombreuses expériences l’ont démontré. Cette influence de la musique, nous le vérifions tous les jours puisque certaines nous agacent et d’autres nous font pleurer jusqu’à nous faire vibrer justement. Dans ce dossier N°7, nous étudions le mécanisme de la perception du son, l’origine du son, les différentes expériences très surprenantes entre l’eau et le son, et enfin nous réfléchissons sur l’influence du son dans notre corps et notre comportement au quotidien.


– Dossier N°8: « L’eau et le mouvement » écrit par Rodolphe Forget. CLIQUEZ ICI

Description : Tout est en mouvement; les océans, les rivières, les lacs, les nuages, les êtres vivants, les rochers, la Terre, l’Univers… Mais aussi la société, la science, l’art, l’économie, la mode, les langages, etc. Rien n’échappe au pouvoir du mouvement que ce soit sur le plan physique ou métaphysique. Tout mouvement – excepté ce qui relève de la cinétique -n’est pas étudié par la Science. Pourtant le mouvement nous donne à voir le lien de parenté entre l’eau liquide et l’être humain qui n’est pas évident à saisir par une vision statique. Nous savons que l’eau est toujours en mouvement, nous connaissons le cycle de l’eau,  nous devinons le mouvement permanent à l’échelle moléculaire comme nous le vérifions pour les planètes mais sait-on expliquer le mouvement permanent? Cette entreprise est périlleuse car nous devons aborder pour cela les notions de temps (dont la science n’étudie pas) et de l’éternité. Dans ce dossier N°8, nous allons y répondre simplement en observant le quotidien d’une eau morphogénique humaine pour comprendre en toute logique ce qu’est un mouvement et pourquoi tout est en mouvement. Les réponses à ces interrogations donneront à décrypter l’évolution de la société et comment le bonheur n’est pas un rêve mais déjà une réalité.


– Dossier N°9: « L’eau et le cinéma » écrit par Rodolphe Forget. CLIQUEZ ICI

Description : Qu’est-ce qui explique l’absence de l’eau liquide au cinéma en tant que sujet principal d’un film en salle? Voilà une question bien particulière que je n’ai cessé de me poser depuis 2010 après avoir réalisé « The Experience: Being Water ». À première vue, je vous accorde que cette question semble manquer de pertinence pour étudier l’eau à condition de bien vouloir ne pas cantonner celle-ci à la science et ses analyses mortifères, et à appréhender l’eau dans une perspective plus vaste telle qu’elle est dans la réalité. Que savons-nous de l’eau? Que savons-nous du cinéma? Peu de choses en vérité. Pourtant nous utilisons l’eau liquide quotidiennement (dossier N°4) et nous voyons des films, des vidéos, des émissions tous les jours. De fait, la question de départ devient alors plus pertinente à mesure que l’on accepte de prendre conscience de notre ignorance abyssale sur des sujets qui nous semblaient pourtant connus. Dans ce dossier N°9, je vous propose, à défaut d’un livre, une brève synthèse de cinq années de réflexion sur la place du cinéma et de l’eau liquide dans la sphère intime de notre psyché. Cela nous donnera à voir que derrière l’absence de l’eau liquide au cinéma se cache en réalité notre problématique existentielle dans notre quotidien à considérer avec importance le sacré et donc le divin inhérent à la vie.


– Dossier N°10: « L’eau et les fantasmes » écrit par Marc Henry & Rodolphe Forget. CLIQUEZ ICI

Description : Il y a différentes façons de comprendre le mot « fantasme », cependant nous pouvons nous accorder sur son origine étymologique qui dérive du mot grec φαντασμα (phantasma) désignant au départ « illusion » ou « apparition ». De nos jours, le mot fantasme possède une connotation nettement sexuelle, suite aux travaux du psychanalyste allemand Sigmund Freud qui utilisa le mot allemand Phantasie qui désigne une production imaginaire qui représente un sujet dans un scénario déterminé, à la manière d’un rêve, et figure, d’une manière plus ou moins voilée, un désir. Comme le mental a une difficulté à se représenter le fonctionnement complexe du vivant à laquelle l’eau participe pleinement, il produit du fantasme avec cette dernière. Dans la première partie du dossier, Marc Henry démystifie quelques exemples très célèbres de fantasmes sur l’eau, prétendument  scientifiques. Puis dans la deuxième partie du dossier N°10, Rodolphe Forget s’applique à comprendre pourquoi ces fantasmes ont-ils un écho si favorable dans le public, en démontrant le paradoxe de la science qui produit elle-même les fantasmes qu’elle dénonce depuis la désacralisation par Lavoisier au 18e siècle, de l’Élément Eau en banale substance du quotidien.


– Dossier N°11: « L’eau et les femmes » écrit par Rodolphe Forget. CLIQUEZ ICI

Description : Le mot « eau » vient du vieux français « ewe » qui veut dire « Ève » première femme et mère de l’humanité dans la culture judéo-chrétienne. Le lien entre l’eau et la femme apparait donc déjà à travers ce mot, mais pas seulement, phonétiquement « eau » est similaire à la lettre O qui graphiquement ressemble à un orifice ou à une sphère. C’est-à-dire ce qui est propice à la pénétration, l’évacuation et la protection nécessaires à tout phénomène biologique. À l’instar de la reproduction humaine qui mobilise le corps de la femme pendant l’accouplement et ensuite la période de gestation jusqu’à l’accouchement. C’est l’eau qui ouvre la femme à la pénétration du phallus de l’homme, et c’est encore l’eau qui permet le processus de fabrication du nourrisson. La femme entretient donc un lien puissant avec cet Élément qu’il est fondamental d’étudier. Notamment parce que nous avons tous pénétré la femme, du fait que nous, les humains, sommes tous nés de l’une d’entre elles. Dans ce dossier N°11 « L’eau et les femmes », nous nous intéressons à certaines particularités du corps de la femme qui la différencie de l’homme (lié à l’air) et lui donne ainsi une identité fonctionnelle semblable à l’eau. Puis, nous nous proposons de réfléchir en quoi cette proximité influence la femme psychologiquement voire spirituellement.


– Dossier N°12: « L’eau et l’amour » écrit par Rodolphe Forget. CLIQUEZ ICI

Description : La sagesse est la connaissance du soi (et donc du mécanisme de l’égo). Cette recherche disciplinée et rigoureuse qui incombe à tout être humain est un préalable obligatoire pour vivre l’amour. Comment cela se traduit-il concrètement ? Par la vision du soi, la conscience se vide alors de sa totalité (pensées, images, peurs, représentations) et laisse place à la vacuité c’est-à-dire à la liberté à être (amour). Si la conscience demande à se vider c’est qu’elle s’est remplie tout comme nous pourrions le dire d’une carafe et de la matière liquide composée à 99% d’eau. Rares pourtant sont les personnes ayant encore fait le lien entre l’eau (99% d’un corps humain) et l’amour. C’est ce que nous vous proposons dans ce dossier N°12. Aussi merveilleux soit-il, là où l’eau remplit (arbre, animal, ruisseau, humain), l’amour s’exprime. Orienter son attention vers ce qui relie (eau) autant que ce qui différencie (informations du vivant) nous donne accès, de fait, à la matrice et la vision de la non-dualité, c’est-à-dire l’absence de conflit intérieur qui mène à la fin durable du conflit extérieur (guerre). Cela demande à voir les choses avec simplicité afin de passer du rêve à l’émerveillement de la réalité de notre quotidien pour que la beauté nous apparaisse telle qu’elle est c’est-à-dire omniprésente. Et qu’est-ce que la beauté sinon l’absence du soi.

Publicités